De Roncevaux au Quai d’Orsay

Kouchner, le nouveau patron du quai d’Orsay, a du pain sur la planche. Il faut dire qu’on ne va pas le plaindre avec l’ouverture sarkoprésidentielle « à gauche », il avait qu’à rester dans son camp. En fait son camp est surtout médiatique comme en Somalie avec sac de riz sur l’épaule.

Notre diplomate tiers-mondiste et deuxtiers-mondain aura t’il à croiser à l’avenir l’inénarrable Hugo Chavez, président autoritaire du Venezuela. C’est pas sûr que ce soit dans les priorités kouchneriennes d’autant que le leader sud-américain ne doit guère goûter l’atlantisme et l’opportunisme de l’époux de Christine Ockrent.

Chavez n’est pas à une polémique près et le fait volontiers savoir. La dernière en date concerne Benoit XVI car récemment le président du Venezuela a demandé au souverain pontife de présenter ses excuses aux Indiens d’Amérique pour avoir affirmé que la foi catholique n’avait pas été imposée aux populations indigènes d’Amérique latine.Hugo Chavez a aussi accusé le pape de vouloir occulter les massacres perpétrés par les Européens lors de leur arrivée en Amérique en affirmant : « Comment peut-il dire qu’ils sont venus évangéliser sans aucune forme d’imposition, alors qu’ils étaient armés d’arquebuses » .

Benoît XVI lors du discours d’ouverture de la 5e conférence générale de l’épiscopat latino-américain et des Caraïbes au Brésil avait affirmé que « l’annonce de Jésus et de son Évangile n’a comporté à aucun moment une aliénation des cultures précolombiennes et n’a pas imposé une culture étrangère ». Le bouillant Chavez a terminé son allocution en indiquant qu’il n’était pas étonnant que l’Église catholique perde de plus en plus d’adeptes en Amérique latine avec des déclarations semblables de son plus haut représentant.

Les campagnes de christianisation dans l’histoire n’ont pas été forcément des réussites comme l’épisode de Roncevaux du temps de Charlemagne. Le célèbre empereur confondait l’expansion du royaume franc et celui de la foi chrétienne dans une démarche de propagation forcée du christianisme.

 L’histoire arrangée et la chanson de geste a retenu et rapporté que le massacre des chevaliers francs avait été perpétré par les Sarrasins en fait il s’agissait sans doute des Vascons (ou plutôt des basques) avec la complicité indispensable du fameux comte Ganelon. Ganelon a ainsi gagné une place de choix dans la liste des âmes noires les plus haïes. Pour cette raison, il est d’une certaine manière devenu l’archétype du félon ou du traître.

Dans le domaine de la traîtrise, Ganelon et Judas viennent d’être dépassés par l’improbable secrétaire d’état Eric Besson venant du diable-vauvert et du staff de Ségolène par la même occasion.

Pour revenir à Charlemagne et ses francs, le franchissement d’une chaîne de montagne telle que les Pyrénées n’est pas aisé pour une armée surtout étirée en longueur. L’empereur à la barbe fleurie commande l’avant de l’armée ; l’arrière-garde est sous les ordres de son neveu Roland secondé par son sage conseiller et ami Olivier. Malheureusement, ils sont trahis par le comte Ganelon qui permet aux Sarrasins (en fait les bergers basques)  de tendre une embuscade aux troupes franques au col de Roncevaux. Selon le jugement de Dieu, Ganelon, déclaré coupable de félonie, est condamné être écartelé à quatre chevaux.

Maintenant les temps ont bien changé. Sarkozy n’est pas Marsile, le roi musulman de Saragosse, et Benoît V n’est pas Paul III, le pape de la controverse de Valladolid mais un traître est toujours un traître même sarkocompatible.

Published in: on 21 mai 2007 at 3:37  Comments (1)  

Libellule ou Papillon

Jacques Chirac va s’adresser aux Français mardi à 20 heures, dans une allocution télévisée à la veille de la passation des pouvoirs avec Nicolas Sarkozy. Après douze ans de pouvoir, Jacques Chirac quittera définitivement l’Elysée mercredi à l’issue de la cérémonie de passation des pouvoirs avec Nicolas Sarkozy, prévue à 11 heures. Cette semaine nous allons donc perdre notre monarque.

Par rapport à d’autres notre regretté (on commence à le regretter, après ce sera terrible) monarque n’a que 74 ans et il est resté seulement 12 ans sur le trône. En fait, c’est une chaise Ikea. 12 ans ce n’est rien à coté de certains. Nous avons appris il y a peu que le roi Malietoa Tanumafili II des îles Samoa, dans le Pacifique Sud, est décédé à l’âge de 94 ans. Son règne fut parmi les plus longs du monde. Le roi occupait le trône depuis l’indépendance des îles Samoa de la Nouvelle-Zélande, en 1962.

Je suis bien embêté pour vous faire la chronique funèbre de ce brave homme à l’instar de ce que savent faire Stéphane Bern ou Léon Zitrone (que j’ai cherché à l’écran aux côtés de Mireille Mathieu à la Concorde). Malietoa Tanumafili pour moi c’est les Samoa dont je connais uniquement la valeur des rugbymen. Puisque MAM a critiqué les jupes de S. Royal, je me bornerai à remarquer la qualité esthétique des chemisettes samoanes portées par le défunt roi.

Parmi les monarques vivants, le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej, qui est monté sur le trône en 1946 peut lui se vanter d’avoir régné plus longtemps que Malietoa. Le Roi, âgé de 80 ans (il les aura le 5 décembre 2007), a fêté ses 60 ans de règne en 2006. Il est le plus ancien monarque en exercice dans le monde.

L’image du Roi est omniprésente dans la société thaïlandaise. Admiré et respecté par l’ensemble de la population, toute critique publique à son égard est considérée comme crime de lèse-majesté (récemment, un Suisse ayant tagué le portrait du Roi alors qu’il avait visiblement trop bu fut passible de 75 ans de prison, avant que de se voir condamner à 10 ans de prison, pour finalement être gracié par le Roi en personne avec, toutefois, interdiction de séjour en Thaïlande).

La planétairement connue société YouTube a fait l’objet d’une plainte de crime de lèse-majesté. Le ministre thaïlandais des technologies de l’information et de la communication a annoncé qu’une action allait être engagée à l’encontre de YouTube en raison d’une vidéo « insultante » envers sa majesté Bhumibol Adulyadej dit Rama IX, roi de Thaïlande. Après que la Junte ait interdit l’accès à YouTube on voit circuler des chaînes d’e-mail reproduisant de photos des vidéos qui ont provoqué la censure.

Un qui a frôlé le crime de lèse-majesté, c’est G.W.Bush en vieillissant la reine Elizabeth II de 200 ans lors d’une cérémonie en grandes pompes sur les pelouses de la Maison Blanche. La reine, qui a fêté ses 81 ans il y a deux semaines, est aussi dans le Top 3 pour avoir pris la tête de la Grande-Bretagne en 1952. « Après tout, vous avez dîné avec dix présidents américains. Vous avez aidé notre pays à célébrer son bicentenaire en dix-sept-cent… », a dit M. Bush avant de se rendre compte qu’il allait au-devant d’une de ses fameuses bévues. « En 1976 », s’est-il repris avec une pirouette dite sur un ton filial de circonstance.

D’ici mercredi, nous savons que notre sarkoprésident est appelé à régner. Araignée, araignée !! Pourquoi- pas : Libellule ou papillon !

Published in: on 14 mai 2007 at 12:53  Laisser un commentaire  

Saga Africa

Comme nous l’avons déjà vu, sitôt élu, notre nouveau sarkoprésident s’est offert des vacances bien méritées au large des côtes de Malte sur le yacht de son ami Bolloré. La famille Bolloré a fait valoir sa tradition historique de l’accueil. Force est de constater, photo à l’appui, que Blum prénommé Léon avait été hébergé en Bretagne par l’oncle Gwen-Ael, ancien combattant et héros du débarquement en Normandie dans le commando Kieffer. Les héritiers de Blum ont du admettre le fait malgré les premières dénégations. Décidément on commence à comprendre l’insistance de Sarkozy de recycler Blum et Jaurès. Peut être va-t-on nous apprendre que Jaurès si attaché aux langues régionales (à l’époque on disait les patois) est venu apprendre le breton dans les papeteries familiales sur les bords de l’Odet.


Nous savons que le nouveau président est venu rejoindre Paris le 10 mai pour commémorer l’abolition de l’esclavage avec son ami Jacques Chirac. Là aussi, il y a paradoxe entre le symbole de cette journée et les activités mercantiles de ses amis néocoloniaux et « françafricains ».

L’Afrique n’a pas occupé une place centrale dans la campagne présidentielle, a part pour Sarkozy le discours du meeting UMP de Toulon et un discours sur la politique internationale en février 2007. Tout en se présentant comme un « ami des africains » et souhaitant tout faire pour son  »développement », entre autres comme un remède à l’immigration, il juge néanmoins l’action de la France en Afrique globalement positive. Nicolas Sarkozy soutient également les multinationales françaises : « Il n’y a en réalité qu’un petit nombre de grands groupes français qui réalisent une part importante de leurs activités en Afrique. […] Bouygues, Air Franc, Bolloré, n’ont pas besoin de la diplomatie française pour exister et se développer en Afrique.». Enfin, Nicolas Sarkozy souligne le rôle positif de la colonisation : « Le rêve européen a besoin du rêve méditerranéen. »

Pour beaucoup, la réalité est plus forte que le rêve. Au Congo Brazzaville et au Gabon, le pétrole enrichit TotalFinaElf, qui affichait, en 2005, un bénéfice record de 12 milliards d’euros. Au Cameroun, au Congo Brazzaville et au Gabon, le bois fait la fortune de Bolloré (1 milliard de chiffres d’affaires en 2004).

Le saccage des forêts primaires d’Afrique centrale est plus effectif que dans les discours officiels. Au niveau écologique, l’écosystème est loin d’être préservé. Il s’agit d’une exploitation intensive de quelques essences recherchées sur le marché international. Les conséquences des coupes de bois sur le renouvellement de la faune et de la flore sont désastreuses. Pour Greenpeace, les forêts primaires constituent pourtant un enjeu crucial puisqu’elles concentrent 80 % de la biodiversité des terres immergées. Or, plusieurs exploitants forestiers dont Bolloré, en Afrique notamment, s’enfoncent toujours plus profondément au cœur des forêts anciennes.

Chirac avait dit : « la maison brûle, nous regardons ailleurs ». Avec des amis comme Bouygues et Bolloré, la France n’a pas fini de tourner la tête. Rassurons-nous, dans cinquante ans la famille Bolloré continuera d’accueillir des grands de ce monde. Pour les pygmées, il faudra voir ailleurs.

Published in: on 12 mai 2007 at 7:26  Laisser un commentaire  

Bayrou : mourir pour des idées

Le Mouvement démocrate, c’est le nouveau nom que proposera François Bayrou à ses adhérents. Il doit les réunir jeudi 10 mai à Paris lors d’un Conseil national de l’UDF pour avaliser les changements de structures de sa formation. Il lancera à son issue cette nouvelle formation démocrate dont il a annoncé la création après le premier tour de la présidentielle. Comme dit le journal Marianne : pour Bayrou, c’est le saut de la mort.

Mourir pour des idées, l’idée est excellente
Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eu
Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente,
D’accord, mais de mort lente


Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure
Allons vers l’autre monde en flânant en chemin
Car, à forcer l’allure, il arrive qu’on meure
Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain
Or, s’il est une chose amère, désolante
En rendant l’âme à Dieu c’est bien de constater
Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Les saint jean bouche d’or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d’ailleurs, s’attardent ici-bas
Mourir pour des idées, c’est le cas de le dire
C’est leur raison de vivre, ils ne s’en privent pas
Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem dans la longévité
J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté
« Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente »

Des idées réclamant le fameux sacrifice
Les sectes de tout poil en offrent des séquelles
Et la question se pose aux victimes novices
Mourir pour des idées, c’est bien beau mais lesquelles ?
Et comme toutes sont entre elles ressemblantes
Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau
Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Encor s’il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât
Depuis tant de « grands soirs » que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n’en ont jamais assez
Et c’est la mort, la mort toujours recommencée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n’a pas besoin qu’on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds!
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Published in: on 9 mai 2007 at 11:59  Comments (1)  

Un vrai con maltais

A peine élu notre sarkoprésident a déjà provoqué une polémique sur ses vacances entre le 7 et le 10 mai. En gros, il profité du pont du 8 mai pour aller sur la méditerranée à Malte.

Dans un premier temps quand j’ai entendu l’île de Malte, j’avais compris l’île de la Jatte. J’ai trouvé ça super de partir en vacances là où on habite tout le temps. Malte, le pays des chevaliers templiers, ça fait bien on se croirait dans le Da Vinci code. En fait, vu le contexte le voyage du sarkoprésident est plutôt à mettre au crédit « illimité » des chevaliers du CAC40.

Pour un homme politique qui avait fait sa première visite de campagne au mont Saint-Michel à la recherche des forces de l’esprit, il est troublant de constater qu’il aime bien la frime et ceux qui font péter les thunes.

Un autre truc difficile à comprendre est la faculté qu’ont certains à changer de pays, de le quitter et de revenir. La France tu l’aimes ou tu la quittes !

Doit on quitter la France avec l’arrivée de Sarko, j’y ai réfléchi : Cuba, les plages sont sympa mais sans  Fidel. Buenos-Aires, un président de gauche au milieu de la pampa. Donosti ou Irun et ses bars à pintxos.

Non, je vais rester comme Noah., en fin je crois qu’il part plus. Par contre, celle qui est partie, c’est Laure Manaudou le mannequin de Chez Arena qui a quitté Lucas pour Luca et Canet-en-Roussillon pour Vérone. Je ne savais pas qu’elle haïssait tant que ça le sarkoprésident. Je pense que c’est parce qu’il préfère le vélo à la piscine.

Un qui est revenu, c’est Johnny bien à l’abri du bouclier fiscal. Johnny qui devant le Fouquet’s a interrompu un ancien premier ministre qui parlait à France 2, il faut dire que Fabius chante moins bien. Les temps changent, les pauvres et les vieux ont voté Sarko et ont droit au retour de Mireille Mathieu. En 1981, en votant Mitterrand la France avait perdu Guy Lux, son schmilblick et ses vachettes.

Je ne sais pas où François et Ségolène auraient fait leur retraite de pré-présidentielle en cas de victoire le 6 juin.  Fabius avait proposé un VVF en Bretagne et DSK un château en Allemagne à Bad-Godesberg, ville chère aux socio-démocrates de la planète.

 Chirac aurait pu leur proposer une propriété appartenant à la famille Hariri, mais les familles Hafifi et Haloulou étaient aussi sur les rangs. Les Hollande-Royal ont bien Oscar Temaru qui les attend à Tahiti mais il faudra attendre le 18 juin.

Là, la France pourra songer aux vacances. Pour le bateau de Bolloré, il y a 5 ans de liste d’attente et la maison de Jospin à l’île de Ré ne fait pas chambre d’hôtes.

Published in: on 9 mai 2007 at 9:14  Comments (2)  

Le retour du gendarme

Nous avons frôlé la catastrophe. Vous en rendez-vous compte ! Nicolas Sarkozy sitôt élu et nous avons droit à un remake de Taxi 24 ou du gendarme à Saint-Tropez.

 

La grosse différence est que De Funès et les bonnes sœurs utilisaient des 2CV et que Sarko nous fait de la Velsatis a tous les étages. C’est là que nous avons frôlé le pire avec une voiture qui a posé longtemps de grand souci avec le régulateur de vitesse.  La France doit savoir tout de même qu’à l’arrivée salle Gaveau, nous pouvions déplorer : une portière de voiture accompagnatrice arrachée, une moto par terre, des cameramen sans leur monture tout cela au milieu de képis et d’uniformes de gendarmes pas forcèment venus de Saint-Tropez. Heureusement que la préfecture de police avait interdit le ramassage des ordures dimanche soir car je n’ai eu qu’une crainte de voir notre sarkoprésident nouvellement élu percuter une benne conduit par des éboueurs qui se sont levés tôt.

Depuis dimanche soir, nous avons un peu de mal à suivre ce qui dans 1000 ans restera comme les hauts-lieux de la Sarkozie. Après la salle Gaveau, temple de la musique de chambre, le Fouquet’s le summum de la pizzeria de luxe, le jardin des Tuileries traversé en voiture (je croyais que c’était interdit) et la place de la Concorde.Bon, la place de la Concorde on connaissait avec Mitterrand et Jessye Normann ou les défilés du 14 juillet. 

Mais la Concorde avec Mireille Mathieu (on a pas pu débrancher les piles), Enrico  Macias (c’est marrant enfants de tous pays avec Sarkozy), Bigard (la nouvelle Marylin Monroe) ça a vraiment de la gueule. 

Ségolène elle n’avait pas de Velsatis, d’ailleurs elle aurait pu aller à pied parce qu’elle avançait pas. A Poitiers, ils savent qu’elle aime pas les Velsatis car elles les a toutes supprimées en arrivant au Conseil Régional cher à Raffarin. Elle a fait un bain de foule et elle a dit que c’était elle la nouvelle chef. Mais ses 2 copains DSK et Fabius, dans une moindre mesure, n’avaient pas l’air d’accord et tout cela avant 20h15, record battu même à droite du temps où Sarkozy était considéré comme un traître, ils n’ont jamais été aussi rapide.

 Il faut dire que cette année, les trahisons à gauche ont eu lieu déjà depuis la fin de l’hiver : Hanin, Sevran, Tapie, Besson, Allègre etc., etc.

La seule bonne nouvelle de la soirée : Cécilia était là à la Concorde.  Pour le reste, nous en avons pour cinq ans à en chier à moins que Bayrou et Lassalle gagnent les législatives.

Montagnes Pyrénéeéeées………….

Published in: on 7 mai 2007 at 12:04  Comments (2)  

Le vice et la vertu

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de mathématiques dans ce blog. Nous avions parlé d’algèbre avec Sarkozy. Parlons maintenant de géométrie avec Mme Royal. Pendant longtemps, la référence en matière de géométrie politique était Pierre Dac avec son célèbre aphorisme :  « le carré de l’hypoténuse parlementaire est égal à la somme de l’imbécillité construite sur ses deux côtés extrêmes ».

La candidate socialiste avait commencé son discours de Villepinte par parler du poids de la dette. Donc, pour tout candidat, faire un programme ambitieux en connaissance du service de la dette relève réellement de la quadrature du cercle. La quadrature du cercle fait partie des trois grands problèmes classiques de l’Antiquité, avec la trisection de l’angle et la duplication du cube. Dans des textes anciens, le scribe égyptien Ahmès et le grec Anaxagore de Clazomènes proposaient déjà une solution approchée du problème. Le problème consistant à construire un carré de même aire qu’un cercle donné à l’aide d’une règle et d’un compas a occupé de nombreux mathématiciens aux cours des siècles. Ce problème est resté populaire et de nombreux quadrateurs amateurs envoient encore aujourd’hui de fausses preuves aux académies scientifiques.

La prestation de Ségolène Royal lundi soir dans l’émission « J’ai une question à vous poser » sur TF1 était vraiment déterminante. La candidate socialiste, en baisse constante dans les sondages, devait convaincre les indécis. Les commentaires comme toujours sont variés selon la place sur l’échiquier politique. L’ancien ministre UMP François Fillon aurait jugé « ennuyeuse » l’intervention de la candidate socialiste et estime qu’elle « tourne en rond » en déclarant qu’ elle a inventé une nouvelle figure géométrique : le cercle vertueux.

Il est vrai qu’elle a ponctué régulièrement son discours des expressions « gagnant-gagnant » et « cercle vertueux ». Ceci vient sûrement en complément de l’ «ordre juste ». Un cercle vertueux est un ensemble de cause à effet qui améliore le système entier. Le cercle vertueux est essentiellement utilisé en économie, par exemple : « économiser rend riche, être riche permet d’économiser plus » etc. Cette image, inverse d’un cercle vicieux, est cependant parfois invoquée pour illustrer une pensée psychologique ou philosophique. 

N’oublions pas que l’actuel locataire de l’Elysée s’appelle Chirac. Après le chant du cygne du sommet franco-africain nous avons eu droit mardi au congrès de Versailles avec trois modifications constitutionnelles qui concernent le statut pénal du chef de l’État, l’abolition de la peine de mort et la suppression du droit de vote  à certains aux élections provinciales de Nouvelle-Calédonie. L’histoire dira si un cercle vertueux a remplacé le cercle vicieux qui caractérise le septennat et le quinquennat chiraquien (dissolution de 1997, 21 avril 2002 et 29 mai 2005).

Published in: on 20 février 2007 at 12:05  Comments (1)  

Le théorème de Sarkozy

Connaissez-vous le théorème de Sarkozy ? Je dois vous préciser qu’il s’agit d’un mathématicien hongrois (et oui !!) qui dirige le département d’ Algèbre et de théorie des Nombres à l’Université Eotvos Lorand à Budapest. Il est l’auteur depuis 1985 d’une démonstration qui porte depuis son nom. Pour être honnête, je n’ai pas vraiment compris de quoi cela retourne,  il semble que ce soit une solution partielle à la conjecture d’Erdős avec une pincée de coefficient binomial. On dirait un discours de Rocard lu par Balladur et comme disait Coluche : on se perd en conjectures.

 Effectuons un retour sur les fondamentaux, un théorème est une proposition qui peut être mathématiquement démontrée, c’est-à-dire une assertion qui peut être établie comme vraie au travers d’un raisonnement logique construit à partir d’axiomes. Un théorème – une fois démontré – est ensuite considéré comme vrai et il peut alors être utilisé pour démontrer d’autres propositions. Selon leur importance ou leur utilité, les autres assertions peuvent prendre des noms différents : lemme, corollaire, proposition, remarque ou conjecture. N’importe quelle affirmation démontrée est appelée un théorème.

En janvier dernier, l’ensemble des médias a reçu par courriel des détails non sollicités de la fortune personnelle de Ségolène Royal. On y apprenait qu’elle est notamment propriétaire d’une villa de la Côte d’Azur évaluée à 1 million d’euros. L’information s’est répandue comme une traînée de poudre et a poussé la candidate à dévoiler publiquement son patrimoine. Les autres candidats ont emboîté le pas. Le Canard enchaîné  a affirmé, se basant sur des fuites policières, que cette information provient d’une enquête des Renseignements généraux. Les 3800 policiers des R.G., vestige de la police politique de Napoléon,  réunissent des centaines de milliers de dossiers de renseignement sur des individus. Or la police est sous l’autorité du ministre de l’Intérieur, principal rival de Ségolène Royal dans la course à la présidence. C’est donc au tour du candidat de la droite d’être la cible de ses adversaires.

Nicolas Sarkozy a nié toute responsabilité et toute enquête sur sa rivale. Des spécialistes du renseignement estiment peu plausible que le ministre de l’Intérieur soit assez naïf pour commander une telle enquête relevant d’ une méthode aussi grossière, qui est aussitôt retranscrite dans les médias. Malgré tout, Le Canard enchaîné campe sur sa position et les socialistes réclament pour leur part la démission du ministre de l’Intérieur.

Nicolas Sarkozy fait donc face à un dilemme: plus il reste longtemps ministre de l’Intérieur, plus les accusations d’abus de pouvoir vont se multiplier à son endroit comme la question du scooter d’un des fils de Sarkozy retrouvé après une enquête tonitruante faisant appel à l’ADN, le nec plus ultra en matière de police scientifique.

 Donc l’affirmation de dire que s’il devance sa sortie, il donnera l’impression d’avoir cédé devant ses adversaires et que s’il reste c’est pour avoir accès à tous les fichiers en tout genre, c’est un théorème ou une conjecture ?  

Published in: on 5 février 2007 at 4:05  Comments (1)  

Une statue sur le Larzac

L’architecte Oscar Niemeyer, bien connu pour avoir dessiné Brasilia, la capitale futuriste du Brésil, envisage d’ériger une statue monumentale de 100 mètres évoquant le héros sud-américain Simon Bolivar pointée en direction des Etats-Unis. Cette statue doit surplomber Caracas en honneur de l’idole d’Hugo Chavez. Chavez, qui a changé le nom du pays en République bolivarienne du Venezuela et qui cite le Libertador dans presque tous ses discours, a indiqué que le projet placé sur la montagne d’Avila tendrait à rappeler le contexte crée par la statue du Christ de Corcovado face à la baie de Rio de Janeiro.

Lors d’une visite de Chavez au Brésil, Niemeyer a, à 99 ans, offert ses services pour construire la statue qui serait plus grande que la statue de la Liberté à New York. Bolivar est habituellement dépeint brandissant une épée sur un cheval, mais Niemeyer a indiqué qu’il ne montrera pas sa statue à personne avant que Chavez ne la voit.

Décidément, la figure de Bolivar n’ a pas fini de gagner du terrain en Amérique du Sud notamment avec l’alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA), organisation politique, sociale et économique pour promouvoir la coopération dans la région. Cette initiative lancée par Chavez semble recevoir le soutien du bolivien Evo Morales,   ainsi que de Fidel Castro. Le 16 janvier 2007, Ortega et Correa, les nouveaux dirigeants du Nicaragua et d’Equateur annoncent de concert leur intention de participer à l »alternative bolivarienne pour les Amériques ».

En France, il y a un à qui ses nombreux adversaires ne vont pas tarder à lui reprocher ses fréquentations d’Amérique du Sud comme Morales ou Chavez, c’est José Bové.

Les Verts attendaient Nicolas Hulot sur leur droite, Marie-George Buffet le croyait sorti par la grande porte des collectifs unitaires. José Bové est revenu grâce à internet et un appel en sa faveur ayant recueilli plus de 30 000 signatures en trois semaines. Ce succès l’a convaincu de revenir dans la course à la présidentielle. Le 1er Février 2007, José Bové se déclare candidat à la présidence de la république à la bourse du travail de Saint-Denis (93) avec comme slogan de campagne : »Un autre monde est en marche ». L’objectif de José Bové est d’incarner une vraie alternative de Gauche et de couvrir l’arc-en-ciel qui va du rouge au vert avec un programme, qui entend répondre à la fois à l’urgence sociale, au « vivre ensemble », à l’expression citoyenne des exclus du système, à l’écologie et à l’antilibéralisme.

Histoire de pimenter l’aventure, l’ancien syndicaliste paysan risque toutefois de devoir piloter sa campagne depuis une cellule de prison car il est sous la menace d’une nouvelle incarcération pour un fauchage de champ de maïs transgénique en 2004.

Niemeyer envisage-t’il une statue de Bové avec sa pipe sur le Larzac ? Je suis pas sûr que Ségo et Sarko en soient enchantés.

Published in: on 1 février 2007 at 6:14  Comments (1)