We shall overcome

La candidate socialiste est partie se ressourcer aux Antilles. Cette visite ultramarine a visiblement été triomphale pour relancer une campagne dont beaucoup estimaient qu’elle s’essoufflait. Après bains de foule, discours enflammés et soutien d’Aimé Césaire, la présidentiable a terminé son allocution en créole : « Moin sé en fanm doubout! Nou ké cassè ça ! » Je suis une femme debout! Nous allons changer ça !

Phrase traduite, reprise et déformée par l’UMP qui a trouvé là une curieuse occasion de lancer une nouvelle polémique en affirmant que Ségolène Royal voudrait casser la République en ces termes : « nous allons casser ça »…

Il est peu de dire que la candidate fait l’objet d’un acharnement hors du commun. Cet acharnement n’est pas (du moins encore) sous le signe de la haine de la part de ses adversaires.

 Une autre « femme debout » fait l’objet d’une haine tenace chez un grand nombre d’américains depuis le début des années 70. Il s’agit de Jane Fonda détestée par les réactionnaires américains qui l’avaient surnommé « Hanoi Jane » pour ses prises de position pacifistes et notamment pour avoir été photographiée sur un canon antiaérien vietnamien en 1972.

Jane Fonda a déclaré ces jours-ci : « Cela fait 34 ans que je ne m’exprime pas dans un rassemblement antiguerre, parce que j’avais peur que, à cause des mensonges propagés sur moi, je sois utilisée pour nuire à ce nouveau mouvement antiguerre, mais le silence n’est plus une option ».  En effet, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à Washington, à l’appel du collectif « Unis pour la paix et la justice », pour exiger la fin de la guerre en Irak. Celle que les néoconservateurs appellent désormais « Jihad Jane » ou « Fallujah Jane » était entourée des acteurs Sean Penn, Tim Robbins, Susan Sarandon et Danny Glover. 

 Cette manifestation se devait d’être la plus importante depuis celle, organisée par le même collectif, qui avait mobilisé dans la capitale fédérale entre 100 000 et 300 000 personnes en septembre 2005. Les manifestants se sont rassemblés face au Capitole après avoir été acheminés par des centaines d’autobus prévus pour l’occasion à travers le pays. Par la suite, les manifestants sont partis en cortège pour faire le tour du Sénat et de la Chambre des représentants. Cette manifestation intervient alors que le Sénat pourrait adopter prochainement une ou plusieurs résolutions dénonçant la nouvelle stratégie annoncée par le président Bush le 10 janvier, passant par le déploiement de 21 500 militaires supplémentaires.

 Bush peut rire parce qu’une des effigies de l’Oréal prend position pour le retrait des troupes américaines d’Irak. Elle est loin d’être seule, merci Barbarella ! 

Publicités
Published in: on 29 janvier 2007 at 12:50  Comments (1)