Partout où il y a injustice

Aux États-Unis, la cour martiale a annulé pour vice de forme le procès concernant le premier officier à avoir refusé de partir en Irak parce qu’il considérait la guerre illégale. Ehren Watada qui risque jusqu’à 4 ans de prison, comparaissait devant une cour martiale et avait plaidé non coupable à deux des chefs d’inculpation pesant contre lui. Estimant que ce conflit était illégal parce que l’administration Bush avait menti sur les motivations de l’invasion du pays, M. Watada avait demandé en vain à démissionner de l’armée ou à être envoyé en Afghanistan. Le juge avait cependant refusé que la légalité de la guerre soit évoquée au procès, estimant que cette question n’était pas du ressort du judiciaire.

Le directeur de Charlie-Hebdo, Philippe Val, s’est présenté au premier jour du procès intenté par les organisations musulmanes pour la publication de caricatures de Mahomet en février 2006, avec une lettre de soutien du ministre de l’Intérieur et candidat à la présidence, Nicolas Sarkozy. Philippe Val avait prévenu que le procès des caricatures « serait un procès politique! » et avait promis de faire citer un cénacle de personnalités à la barre de la défense dont François Hollande, François Bayrou, l’essayiste Abdelwahab Meddeb ou encore Antoine Sfeir.  Sarkozy, qui a souvent été la cible des caricaturistes de Charlie, dit dans sa lettre « préférer l’excès de caricatures à l’absence de caricature », et défend l’hebdomadaire au nom de la « liberté de sourire de tout » en évoquant « la tradition de la satire » en France.

 La condamnation de José Bové, candidat à la présidentielle, à 4 mois de prison ferme a été rendue définitive mercredi par la Cour de cassation qui a rejeté son pourvoi, et son incarcération dépend maintenant d’une prochaine décision d’un juge d’application des peines. En novembre 2005, la cour d’appel de Toulouse avait condamné José Bové à quatre mois de prison ferme pour un arrachage de maïs O.G.M.  en 2004.  Il appartiendrait  désormais au juge de l’application des peines (JAP) de décider des modalités de l’exécution de la peine. José Bové a affirmé qu’il « refuserait » un dispositif comme le port d’un bracelet électronique ou le régime de semi-liberté « pas acceptable ». Il a aussi déclaré à la presse qu’il serait « peut-être le premier prisonnier politique à être en même temps candidat à l’élection présidentielle » et qu’il ne demanderait pas d’aménagement de sa peine. 

 

 Nous sommes à la croisée des chemins, n’oublions pas que les valeurs essentielles défendues par les hommes des Lumières dans toute l’Europe étaient la tolérance, la liberté et l’égalité.

« Partout où il y a injustice, il y a aussi des actes injustes (mais partout où des actes injustes sont commis, il n’y a pas forcément injustice) ; et qu’est-ce qu’agir injustement ?»
Ainsi s’exprimait Aristote dans « Ethique à Nicomaque ». Espérons que ces phrases résonnent aux oreilles différentes des juges de ces procès « politiques ».

Publicités
Published in: on 8 février 2007 at 4:05  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://zirikolatz.wordpress.com/2007/02/08/partout-ou-il-y-a-injustice/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :