Alter ego

Des chercheurs américains du Centre médical de l’Université Duke affirment avoir identifié la partie du cerveau qui détermine si un individu a plus tendance à être égoïste ou altruiste. Ainsi, l’altruisme, cette disposition à s’intéresser et à se dévouer aux autres, serait lié à une région cérébrale appelée sillon temporal postéro-supérieur. Cerner le rôle de cette partie du cerveau pourra donner des pistes sur les origines de comportements sociaux comme l’altruisme mais ne permettra pas de comprendre ce qui nourrit des gens comme Saint Martin de Tours, saint Vincent de Paul, l’Abbé Pierre, Mère Teresa ou sœur Emmanuelle. Pour en arriver à cette identification, l’équipe a observé le cerveau de 45 personnes à l’aide d’un omodensitomètre crânien pendant des jeux vidéo particuliers. Les scientifiques veulent maintenant comprendre les bases de la tendance altruiste et comment cette partie du cerveau se développe dans les premières années de la vie.

Revenons aux définitions. L’altruisme, également employé dans la langue anglaise (altruism), est un terme quelquefois employé pour désigner l’amour désintéressé d’autrui. Ce terme est souvent employé dans le sens d’empathie. Le mot altruisme aurait été inventé par Auguste Comte pour désigner une attitude d’attachement et de bonté envers autrui qui résulte d’un sentiment d’amour pour l’autre. Le dualisme égoïsme/altruisme est présent dans différents domaines comme la philosophie, la géopolitique, le commerce, la question écologique, la biologie, l’éthologie et bien sur l’éducation.

Mais il est indéniable que la question est presque centrale dans le domaine des religions. En  »’Islam »’, l’altruisme est l’une des plus grandes vertus qui consiste en cette noblesse de l’âme, synonyme de la négation de soi au profit d’un autre se trouvant dans la nécessité ou dans une indigence critique ; et ce dans le seul souci de plaire à Dieu. La sourate 76 dit au sujet du pauvre,  de l’orphelin et du captif : « Nous vous nourrissons pour l’amour d’Allah ; nous n’attendons de vous ni récompense ni gratitude ».

Dans la religion chrétienne, la question de l’attitude à adopter par rapport à autrui relève de l’amour : « Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Il est évident que cette phrase  nous revient en mémoire suite à la disparition de l’Abbé Pierre et de son prestigieux combat aux côtés des chiffonniers d’Emmaüs. Mais les compagnons chiffonniers sont nés après-guerre à un moment où solidarité et altruisme personnel tentent de compenser les lacunes de la protection sociale et les inégalités encore sensibles du conflit mondial. Emmaüs est un symbole de l’économie sociale et solidaire, de même que les Castors de l’après guerre, véritable mouvement coopératif de construction.

L’abbé Pierre, que les scouts de son enfance avaient totemisé « Castor contemplatif », avait une maxime qui le résumait complètement : « La lutte pour mon pain, ce peut être du matérialisme; la lutte pour le pain des autres, c’est déjà du spiritualisme ».

Publicités
Published in: on 25 janvier 2007 at 10:10  Comments (1)  

The URI to TrackBack this entry is: https://zirikolatz.wordpress.com/2007/01/25/alter-ego/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Que j’aime ce blog paisible et réfléchi !
    Je te donne une autre citation : « Le patriotisme, c’est l’amour des siens. Le Nationalisme, c’est la haine des autres »…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :