ONU soit qui mal y pense

Ça y est, il y en a un qui a déja fait parler de lui depuis le début de l’année, le tout nouveau secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon. Mardi, pour sa première journée officielle de travail, il a déjà semé le trouble en ne réaffirmant pas l’opposition fondamentale et statutaire de l’ONU à la peine de mort à propos de l’exécution de Saddam Hussein. Interrogé sur l’exécution de l’ancien président irakien, Ban Ki-moon n’a fait aucune mention de l’interdiction de la peine de mort dans les tribunaux internationaux des Nations unies, ni du droit à la vie inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme depuis 1948. Pour les obsevateurs attentifs, il semble bien clair que plus plus que jamais, l’ONU va s’aligner sur les positions américaines .

Pour le moment la seule chose claire qu’a énoncée le nouveau secrétaire général, c’est la prononciation de son nom. En effet un communiqué précise que les noms coréens commencent par le nom de famille suivi du prénom. On doit donc lire Ban Ki-moon. Le nom de famille « Ban », orthographié « B.A.N. » se prononce « bane ». Son prénom « Ki-moon », avec un « K » majuscule, un « i » minuscule et un tiret suivi de « m. o.o. n. » en minuscule, se prononce « gui-moune ».
Cette précision est louable car hors le précédent le ghanéen Kofi Annan, la particularité des secrétaires généraux était d’avoir des noms imprononcables. En effet, depuis le norvégien Trygve Lie , le suédois Dag Hammarskjöld, le birmanien U Thant, le sinistre autrichien Kurt Waldheim, le péruvien Javier Pérez de Cuéllar à l’égyptien Boutros Boutros-Ghali ce n’était guère facile pour les langues franchouillardes.

Et puis pour les hommes politiques, la prononciation c’est un vrai combat. Regardez Bayrou depuis le temps où les gens s’acharnent à l’appeler Bérou au lieu de Baillerou. Pour Mitterrand notamment face à De Gaulle qui s’obstinait à l’appeler Mitran.
Le dernier en date dont on a débattu la prononciation c’est Pinochet. Je reconnais, à titre personnel, m’être évertué à l’appeler Pinotchette à l’espagnol pour faire oublier qu’il portait un nom français.

Pour revenir à Ki-Moon, les ONG humanitaires vont l’observer comme le lait sur le feu. Espérons qu’il soit performant sur les dossiers où il ne sera pas que question de prononciation comme l’ Irak, le Darfour, la Somalie ou le Burundi. Et pour un autre secrétaire général dans l’avenir, Bixente Lizarazu a toutes ses chances.

Publicités
Published in: on 4 janvier 2007 at 10:09  Comments (1)  

The URI to TrackBack this entry is: https://zirikolatz.wordpress.com/2007/01/04/onu-soit-qui-mal-y-pense/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Insipidité de ces hommes d’Etat, malgré leur statut ultra-important (enfin, Bayrou… :/) . Mieux vaut discourir de leurs noms de famille que d’aborder leur carrière, et surtout leurs actions.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :